• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

De nouvelles bactéries identifiées chez des patients piqués par des tiques

Des chercheurs de l’INRA* et leurs partenaires ** ont isolé et identifié pour la première fois des espèces de Bartonella issues de la faune sauvage dans le sang de patients piqués par des tiques. Les résultats de leur étude sont publiés le 1er mars 2016 dans la revue Emerging Infectious Diseases.

Bartonella (en vert) pénétrant à l’intérieur de globules rouges. © Inra, Muriel Vayssier-Taussat
Mis à jour le 20/06/2017
Publié le 02/02/2016

Les tiques, des vecteurs de maladies transmissibles à l’Homme et à l’animal

Les tiques sont des arthropodes hématophages qui effectuent plusieurs repas sanguins au cours de leur cycle de vie (larve, nymphe, adulte). Au cours de leurs repas elles peuvent se contaminer avec des agents pathogènes présents chez les animaux sauvages sur lesquels elles se nourrissent. Ces agents pathogènes sont alors transmis par les tiques à d’autres hôtes vertébrés au cours de leurs prochains repas.

Les tiques constituent un réel problème de santé publique et vétérinaire. En Europe elles sont les premiers vecteurs de maladies infectieuses chez l’Homme et l’animal. Chez l’Homme, la maladie transmise par les tiques la mieux connue est la maladie de Lyme. Elle est due aux bactéries appartenant au groupe Borrelia burgdorferii sensu lato. Chaque année 85 000 nouveaux cas sont déclarés en Europe. D’autres micro-organismes (bactéries, virus, parasites) sont également transmis par les tiques et sont à l’origine de maladies chez l’Homme et l’animal. Chez les animaux d’élevage, ces maladies peuvent engendrer des baisses de production importantes (babebiose, annaplasmose chez le bétail). Toutefois, ces micro-organismes sont peu connus et les maladies qu’ils provoquent mal diagnostiquées.


A la recherche des agents pathogènes transmis par les tiques

Pour un certain nombre de malades qui souffrent de différents symptômes (souvent peu spécifiques) après une piqûre de tique, le diagnostic de la maladie de Lyme reste négatif.

Les chercheurs de l’INRA et leur partenaires se sont ainsi intéressés à rechercher dans le sang de tels patients la présence de bactéries du genre Bartonella. Les chercheurs de l’INRA ont en effet mis en évidence la présence de Bartonella chez des tiques et montré que ces dernières avaient la capacité de transmettre ces bactéries lors de leurs repas sanguins.


La présence de bactéries du genre Bartonella révélée par les chercheurs

Des prélèvements sanguins ont été réalisés auprès de 66 patients provenant de la France entière. La mise en culture des échantillons par les chercheurs a révélé la présence de bactéries appartenant au genre Bartonella dans le sang de 6 patients. Les chercheurs ont ensuite séquencé le génome de chacun des 6 isolats bactériens. 

Ils ont ainsi montré que  3 souches appartenaient à l’espèce Bartonella henselae, bactéries connues pour être hébergées chez les chats et responsables chez l’Homme de la maladie des griffes du chat. Les 3 autres souches identifiées par les chercheurs sont des espèces réputées pour être hébergées par la faune sauvage et jusqu’à présent jamais isolées chez l’Homme : Bartonella doshiae chez les campagnols et mulots, Bartonella tribocorum chez les rats et Bartonella schoenbuchensis chez les cervidés.

Ces résultats révèlent pour la première fois la présence de Bartonella issues de la faune sauvage chez des patients piqués par des tiques. Ils permettent d’envisager des traitements thérapeutiques adaptés aux espèces bactériennes identifiées. L’identification de ces nouvelles bactéries devrait en outre contribuer à améliorer les techniques de diagnostic des maladies à tiques.

Ces travaux ont bénéficié d’un financement de l’Union Européenne (action COST EurNegVec et projet EDENext).

*Biologie Moléculaire et Immunologie Parasitaires - Unité mixte de recherche BIPAR, INRA / ANSES / ENVA

** Centre  National de Référence des Rickettsia, Coxiella et Bartonella - Unité mixte de recherche IRD / INSERM / AMU / IHU Méditerranée Infection, Marseille

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas

En savoir plus

Références

Muriel Vayssier-Taussat, Sara Moutailler, Françoise Féménia, Philippe Raymond, Olivier Croce, Bernard La Scola, Pierre Edouard Fournier, and Didier Raoult. Identification of Novel Zoonotic Activity of Bartonella spp.. Emerging Infectious Disease Journal. March 2016, Volume 22, number 3.

La publication est accessible sur le site américain des Centres de Prévention et de Contrôle des maladies (CDC, Centers for Disease Control and Prevention) : http://wwwnc.cdc.gov/eid/article/22/3/15-0269_article

Conf'idences sur les tiques

Les tiques et les maladies associées aux tiques

Conférence donnée par Muriel Vayssier-Taussat en mai 2016, aux journées portes ouvertes sur le centre INRA de Nancy-Lorraine.

Voir la vidéo

Durée : 1:04:00