• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Maladies transmises par les tiques : quels outils pour les diagnostiquer ?

Les maladies transmises par les tiques, dont la plus connue est la maladie de Lyme, sont dues à divers agents pathogènes qui infectent à la fois les animaux et l’Homme. Le diagnostic de ces maladies pose de nombreuses difficultés, tant aux vétérinaires qu’aux médecins. Pourquoi est-il si compliqué de les détecter et quelles solutions sont envisagées pour améliorer leur diagnostic ?

Tique gorgée de sang après un repas sanguin. © Mérial, Lénaig Halos
Mis à jour le 12/07/2016
Publié le 05/02/2016

Muriel Vayssier-Taussat apporte son éclairage sur ces questions dans le cadre d’un entretien pour la revue mensuelle Pour La Science (février 2016). Ses propos ont été recueillis par Marie-Neige Cordonnier.

Muriel Vayssier-Taussat est directrice de recherche à l’INRA, elle travaille à Maisons-Alfort, au sein de l’unité mixte de recherche BIPAR, Biologie Moléculaire et Immunologie Parasitaires (INRA - ANSES - ENVA). 


Quelques questions posées à Muriel Vayssier-Taussat :

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

Quels sont les symptômes de la maladie de Lyme ?

Comment diagnostique-t-on la maladie de Lyme ?

Quelles sont les autres maladies transmises par des tiques ?

Comment améliorer leur diagnostic ?

Quand peut-on espérer avoir une meilleure détection des maladies à tiques ?


Les réponses de Muriel Vayssier-Taussat sont recueillies dans l’entretien accordé pour la revue Pour La Science : Maladie de Lyme : « Les outils pour améliorer le diagnostic sont pourtant là ». Il est publié dans le n° 460 de la revue Pour la Science (février 2016). Lire l'entretien

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas

En savoir plus

De nouvelles bactéries identifiées chez des patients piqués par des tiques

Tiques femelles sur un épi. © Inra, Gwenaël Vourc'h
Tiques femelles sur un épi © Inra, Gwenaël Vourc'h
Des chercheurs de l’INRA* et leurs partenaires ** ont isolé et identifié pour la première fois des espèces de Bartonella issues de la faune sauvage dans le sang de patients piqués par des tiques. Les résultats de leur étude sont publiés le 1er mars 2016 dans la revue Emerging Infectious Diseases.

*Biologie Moléculaire et Immunologie Parasitaires - Unité mixte de recherche BIPAR, INRA / ANSES / ENVA

** Centre  National de Référence des Rickettsia, Coxiella et Bartonella - Unité mixte de recherche IRD / INSERM / AMU / IHU Méditerranée Infection, Marseille

Lire l’actualité présentant ces travaux de recherche