• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Des mouches nuisibles au bétail éliminées dans la région de Dakar au Sénégal

Des chercheurs du CIRAD et leurs partenaires sont parvenus à éliminer les insectes responsables d’une maladie du bétail au Sénégal. Au coeur de leur stratégie : une lutte intégrée, associant méthodes chimiques, biologiques, mécaniques et modélisation.

Glossine (Glossina palpalis gambiensis). © O. Esnault
Mis à jour le 12/07/2016
Publié le 21/04/2016

Des mouches africaines d’une famille particulière

Les glossines ou mouches tsé-tsé sont une famille de mouches africaines capables de transmettre des trypanosomoses chez l’animal, maladies rendant le bétail anémique, moins fertile et réduisant la production de lait, de viande et le travail animal. Ces maladies sont provoquées par un petit parasite qui peut être multiplié puis transmis par les glossines lors de leurs piqûres. Pour lutter contre ces insectes, les chercheurs de l’Unité CIRAD/INRA Cmaee* et leurs partenaires locaux** et internationaux*** ont développé un projet d’éradication au Sénégal. Il intègre des techniques de lutte chimiques, biologiques, mécaniques et des méthodes de modélisation.


Le déploiement de différentes techniques de lutte…

La lutte génétique est au cœur de la stratégie de lutte intégrée déployée par les chercheurs. Ils ont ici utilisé la technique de l’insecte stérile (TIS) : des insectes mâles de glossine sont produits en masse puis  irradiés. Ils sont ensuite relâchés par voie aérienne dans des zones ciblées du projet. Les mâles stériles transmettent alors aux femelles sauvages avec lesquelles ils s’accouplent des spermatozoïdes portant des mutations létales pour l’insecte.

Des pièges à insectes ont également été utilisés par les services vétérinaires pour diminuer la densité des insectes nuisibles. Des pièges à glossines ont ainsi été déposés dans la zone des Niayes au Sénégal, proche de Dakar. Ils sont constitués de tissus imprégnés d’insecticides et disposés dans les lieux d’habitats favorables aux glossines.


… optimisées par voie de modélisation

Les  chercheurs  ont développé un modèle mathématique permettant de représenter la distribution spatiale des populations d’insectes. Son application à la population des glossines a permis non seulement de réduire le nombre de pièges au km² en ciblant les habitats favorables, mais encore de définir la densité des mâles stériles à lâcher dans la zone du projet d’éradication.


La lutte génétique, une stratégie d’avenir pour la lutte intégrée

L’association des deux techniques de lutte optimisées par voie de modélisation a permis d’éradiquer les glossines dans la zone des Niayes au Sénégal. La productivité des bovins a augmenté et la quantité d’insecticides utilisés a pu être réduite. De plus, les éleveurs remplacent progressivement les animaux résistants aux maladies mais peu productifs par des animaux beaucoup plus productifs mais moins résistants.

La réussite de ce projet permet d’envisager de déployer cette stratégie contre d’autres insectes vecteurs de maladies animales ou humaines : associer des techniques de luttes différentes et complémentaires -dont la lutte génétique- tout en les optimisant par voie de modélisation.

* Unité Mixte de Recherche Contrôle des Maladies Animales, Exotiques et Emergentes, CIRAD/INRA, centre de Montpellier

** la Direction des Services Vétérinaires du Sénégal et l'ISRA, l'Institut Sénégalais de Recherche Agricole

*** la Division conjointe FAO-AIEA de contrôle des insectes ravageurs et vecteurs

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Occitanie-Montpellier

En savoir plus

Métis Holstein dans un troupeau Djakoré. © J.J. Etienne
Métis Holstein dans un troupeau Djakoré © J.J. Etienne
La stratégie de lutte intégrée développée par les chercheurs ainsi que le projet d’éradication des glossines au Sénégal sont présentés dans le n° 34 de Perspective (septembre 2015), lettre mensuelle publiée par le CIRAD : « Lutte intégrée contre les insectes vecteurs de maladies humaines et animales. Développer la lutte génétique contre les insectes ».

Télécharger la lettre